Loïc BOGAERT/ juillet 20, 2018/ Lecture/ 1 comments

Après avoir lu Tout le monde n’a pas la chance de rater ses études, je me suis naturellement tourné vers le livre qui a énormément inspiré Olivier ROLLAND, à savoir La semaine de 4 heures de Tim Ferriss. Livre de référence en ce qui concerne le développement personnel, on y retrouvera de très bons conseils durant toute la lecture du livre notamment dans sa première partie. Mais comme son analogue français, on lui prêtera parfois des raccourcis et des facilités empruntés qui ne contribuent pas au réalisme du livre.

Que faut-il retenir de La Semaine de 4 heures ? Découvrez mon avis !

Des concepts logiques et pertinents dans notre société

Le temps, notre plus précieuse ressource

L’idée principale du livre est que ce n’est pas l’argent qui est notre principale ressource. C’est en fait le temps notre plus importante ressource. Plutôt que passer toute notre vie à vouloir gagner un maximum d’argent, nous devrions plutôt passer notre vie à essayer d’économiser du temps !

Moins n’est pas paresse !

 

Fondamentalement, nous pouvons gagner une infinité d’argent, mais à l’heure actuelle, il n’est pas possible d’avoir une infinité de temps. Aussi faut-il éviter un maximum d’échanger son temps contre un salaire. C’est la principale raison pour laquelle Tim Ferriss souhaite nous émanciper du salariat. C’est d’autant plus important que finalement, il n’est nul nécessaire d’être millionnaire pour être satisfait mais simplement d’avoir suffisamment d’argent pour ne plus avoir à travailler !

Productivité versus activité

Une autre idée très intéressante de ce livre caractérise la différence entre la productivité et l’activité. Aujourd’hui, dans la majorité des cas de notre système salariale, nous fonctionnons au nombre d’heures (35 heures par semaine). Or, ce système n’est absolument pas le plus efficace pour d’innombrables raisons. Il n’incite pas à la productivité ni à la performance. Ceux qui sont plus productifs et finissent toutes leurs tâches ne devraient pas être contraints de rester pour s’occuper et à effectuer de petites tâches sans importance.

Autre principe défendu par l’auteur : la Loi de Parkinson, qui met en évidence la corrélation entre l’augmentation du temps du travail et la diminution de l’efficacité. En d’autres termes, le fait d’avoir plus de temps n’inclue pas forcément une meilleure qualité mais simplement que l’on passe plus de temps à effectuer la même mission. On peut retenir de ce postulat que pour être réellement efficace il est préférable de se fixer des délais courts (et si les procrastinateurs avaient raison ?)

Les petites retraites

Tim Ferriss détaille un autre concept défaillant au sein de nos sociétés : le fonctionnement des retraites. A juste titre, il met en évidence le fait que nous travaillons toute notre vie pour avoir le droit à la retraite. Mais finalement, il y a ce fameux triptyque : temps-argent-énergie. Quand nous sommes en âge de prendre notre retraite, nous avons du temps et de l’argent mais plus forcément l’énergie.

Schéma opposant la retraite traditionnelle avec les mini-retraites

Schéma qui oppose la retraite aujourd’hui avec le concept de mini-retraites. Mieux étaler ses retraites pour en profiter davantage !

C’est pourquoi, il développe le concept des mini-retraites. Plutôt que prendre une grande retraite à la fin de sa vie, il vaut mieux étaler ses retraites tout au long de sa vie. Néanmoins, il est nécessaire de nuancer puisque ce type de mini-retraites peuvent être un frein, parfois, à la carrière.

Conseils et concepts issus de La Semaine de 4 Heures

Et on retiendra aussi toutes ces petites idées pourtant très intéressantes que j’aurais bien eu envie de développer :

  • « Demandez pardon, pas la permission » : selon l’auteur, il est préférable de faire plutôt que de ne pas faire. En demandant la permission, des barrières se dressent contre nos objectifs.
  • Si la seule excuse est que ce n’est pas le « bon moment », alors il n’y a pas d’excuse,
  • Les nombreux défis qui sont proposés dans le livre qui nous permettent de sortir de sa zone de confort (demander le numéro d’un inconnu, atteindre une personne influente pour lui poser des questions…)
  • En négociation, demandez la lune pour avoir le ciel (qui fonctionne avec le point d’ancrage : la première offre va servir de référence à toutes les offres suivantes). Il est aussi intéressant de paraître moins important que l’on est vraiment dans une négociation notamment en ce qui concerne le pouvoir de décision.
  • Grouper les actions de sorte à perdre moins souvent sa concentration (c’est principalement le cas des notifications : e-mail, téléphone…)

Une seconde partie moins pertinente

La première partie nous tient vraiment en haleine en nous donnant de véritables conseils et concepts qu’il est facile d’appliquer. En revanche, j’ai senti la seconde partie bien moins concrète et surtout plus évasive. La seconde partie de la Semaine de 4 heures s’essouffle un peu et perd en réalité, notamment tout ce qui a trait à la muse (cette activité qui va vous permettre d’être libre), et à la délégation (oui, déléguer c’est très bien mais encore faut-il que ça vaille le coup… trouver une assistante off-shore pour une dizaine d’e-mails à traiter ça n’a aucun sens).

Cependant, on retiendra quelques bons conseils, notamment s’il vous arrive d’être manager de faire reformuler vos collaborateurs pour vous assurer qu’ils ont bien compris et de leur donner de petits bouts de la mission plutôt que tout un bloc (réaliser une étude de la concurrence plutôt qu’un business model complet directement).

« La semaine de 4 heures » vs. « Tout le monde n’a pas la chance de rater ses études »

Malgré tout ces concepts très intéressants et bien que Tim FERRISS paraisse plus crédible de par son expertise et sa renommée internationale, je lui préfère malgré tout son homologue français. En effet, je trouve que Tout le monde n’a pas la chance de rater ses études de Olivier ROLLAND, paraît bien plus pertinent car ses conseils sont davantage imprégnés de l’actualité récente. De plus, je l’ai aussi trouvé plus éclectique en s’intéressant à une multitude de domaines variés. Enfin, étant donné que l’auteur est français, son livre est d’autant plus concret pour des francophones car les conseils sont adaptés à l’environnement du pays de l’auteur.

A défaut, l’auteur a écrit un autre livre Les outils des Géants dont les-meilleurs-livres.fr vous en propose une critique !

Informations pratiques

Auteur : Timothy Ferriss (en savoir plus sur l’auteur)
Où l’acheter ? Sur Amazon ou en surfaces spécialisées (Furet du Nord, Fnac…)
A quel prix ? 20.50€ pour le format papier.
Maison d’édition : Pearson

Etudiant en webmarketing, j’ai toujours adoré apprendre tout et rien pour accroître ma culture générale. Naturellement, je me suis donc intéressé à l’apprentissage, la formation et la connaissance. J’ai créé ce blog afin de partager mon attrait pour la curiosité et le savoir.

J’ambitionne de devenir formateur dans un avenir proche puisque partager ses connaissances me stimule énormément.

About Loïc BOGAERT

Etudiant en webmarketing, j'ai toujours adoré apprendre tout et rien pour accroître ma culture générale. Naturellement, je me suis donc intéressé à l'apprentissage, la formation et la connaissance. J'ai créé ce blog afin de partager mon attrait pour la curiosité et le savoir. J'ambitionne de devenir formateur dans un avenir proche puisque partager ses connaissances me stimule énormément.

1 Comment

  1. Pingback: Les outils des géants - Les meilleurs livres

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*